2015 - Un millésime sec et chaud

L'automne 2014/2015 a été marqué par la douceur et un excédent de pluie, principalement sur les mois d'octobre et de novembre.
L'hiver n'est venu vraiment qu'au mois de janvier mais les températures négatives n'ont duré que quelques jours au mois de février. On peut comparer cette période automnale et hivernale à celle de 2013 et 2014.
Le mois de mars reste assez frais mais déjà marqué par un déficit en pluviométrie de l'ordre de 9%.
Les températures, toujours aussi douces, permettent une croissance rapide de la vigne et entre le 5 et le 10 mai on remarque déjà 7 à 8 feuilles étalées. De par cette croissance rapide de la vigne les chenilles n'ont guère eu le temps de faire des dégâts et n'ont pas posé de problèmes comme cela avait été le cas en 2014.
Il a fallu être vigilant en ce début de saison avec les maladies cryptogamiques, comme l'oïdium, mais à fin mai la situation était très saine.
Au mois de juin la floraison va s'effectuer en quelques jours grâce à une météo idéale, très ensoleillée et lumineuse. C'est l'une des années les plus précoces, semblable à 2007 et 2003.
Un épisode pluvieux entre le 10 et 15 juin apporte un peu d'humidité qui était nécessaire.
Le mois de juillet est marqué par un fort ensoleillement et de fortes chaleurs et la véraison débute très tôt. Le fait marquant est que la moyenne des températures du mois est de 25°C avec un pic à plus de 35°C.
Les pluies des premiers jours d'août apportent un peu de fraîcheur et favorisent la véraison. Ce mois sera dans les moyennes au niveau températures.
Au mois de septembre la Bourgogne retrouve des températures de saison et heureusement un peu plus fraîches.
L'état sanitaire est extrêmement satisfaisant, sans pourriture, botrytis ou maladie cryptogamique. Le tri n'a quasiment pas été nécessaire.
Les rendements constatés sont satisfaisants à Chablis.

Les vinifications ont bien évidemment été adaptées aux caractéristiques du millésime. Les raisins possédaient naturellement un potentiel de couleur, de jolis tannins, de bons degrés ; il a fallu adopter une vinification douce pour conserver de l'élégance et de la fraîcheur. L'une des caractéristiques de l'année est que les niveaux d'acidité malique sont plutôt faibles. En général les vinifications ont duré de 15 jours à 3 semaines.

Aujourd'hui, sur l'ensemble du vignoble on retrouve une constance dans le caractère des vins, suivie d'une profonde richesse aromatique sur le registre des fruits mûrs.
Les bouches présentent un caractère parfois un peu suave mais sans lourdeur. Ils conservent bien leur typicité géographique. Les premiers Chablis vont être mis en bouteilles prochainement et 2015 exprime très bien ce caractère un peu salin et iodé de l'appellation.

En conclusion : 2015 s'inscrit parmi les grands millésimes de la Bourgogne. Les vins seront bons à boire dès à présent et les rouges auront une capacité de garde passionnante.


Frédéric DROUHIN
9 Mai 2016



Webdesign
Ce site utilise Flash 8.
Pour le visiter vous avez besoin du Flash Player 8 de Macromedia, un plug-in qui vous permettra d'accéder à tout le contenu de ce site et de nombreux autres sites.
Pour télécharger et installer Flash 8 cliquez ici.